Une route sinueuse traverse une dense plantation de palmiers à huile, écho de l'ère agricole de la famille Bracht.
| |

La Famille Bracht: Discrétion et héritage de 72 millions d’euros

Famille Bracht

La lignée de la famille Bracht occupe une place significative dans le patrimoine de la noblesse belge avec un patrimoine valorisé à environ 71 957 000 euros. Spécifiquement liée à la Société Internationale de Plantations et de Finance (Sipef), cette famille a longtemps détenu un rôle de premier plan comme principal actionnaire de cette entreprise coloniale de plantations. Ce n’est qu’en 2013 que le baron Theo Bracht a réorienté la propriété en transférant la totalité de ses parts à ses filles Priscilla, Theodora et Victoria.

Le domicile historique de la famille, le Château Calesberg à Schoten, revêt également une importance stratégique puisqu’il abrite le siège social de Sipef. Ce dernier est devenu un conglomérat d’exploitations agricoles s’élevant à plus de 65 000 hectares. Actuellement, la holding anversoise Ackermans & van Haaren se positionne comme principal actionnaire avec une participation de 26,8%.

L'élégante orangerie du Château Calesberg, berceau du patrimoine séculaire de la famille Bracht.
Château Calesberg : Un symbole de la stature de la famille Bracht.

En 1978, la famille a été marquée par un tragique événement : Charles-Victor Bracht fut kidnappé dans un garage anversois par Marcel « Dexter » Van Tongelen, qui exigea une rançon pour sa libération. Son corps fut retrouvé assassiné le 10 avril 1978, alors que les négociations pour sa libération étaient en cours. Deux ans plus tard, en 1980, “Dexter” fut condamné à la peine capitale par la Cour d’Assises d’Anvers, peine ultérieurement commuée en réclusion à perpétuité. Après treize années d’incarcération, il fut libéré et s’évanouit dans l’obscurité de la vie publique. La famille Bracht, depuis lors, préfère rester éloignée des projecteurs avec une fortune estimée à plus de 80 millions d’euros .

A lire également