Magasin de Hugo van Praag transformé en Vanden Borre
| | | |

Fraude fiscale de 11,2M€ : L’histoire de Dirk van Praag et de l’entreprise Hugo van Praag (Vanden Borre)

Hugo van Praag

Hugo van Praag, à la tête d’une fortune estimée à 37 millions d’euros, était largement connu pour avoir été le fondateur de la chaîne d’électroménager qui portait son nom. Né en 1949, ce pionnier a débuté avec la commercialisation de machines à coudre, qui furent le pilier de l’entreprise jusqu’à 1965. Progressivement, l’électroménager domestique fut introduit dans son offre commerciale.

vendeur noir de Hugo van Praag et de Vanden Borre

À partir de 1975, l’accent fut mis sur l’expansion avec l’ouverture de grands magasins périphériques. À la fin du 20e siècle, plus précisément en 1999, la société fut acquise par Kingfisher, une entité cotée en bourse. Cette acquisition marqua un tournant, non seulement pour l’entreprise avec la disparition progressive des enseignes Hugo van Praag au profit de Vanden Borre, mais aussi pour Dirk van Praag, seul fils impliqué dans l’entreprise, qui prit alors ses distances avec l’affaire familiale.

Toutefois, l’histoire de Dirk ne s’arrête pas là. En 2004, il fut arrêté avec un conseiller fiscal pour des allégations de fraude fiscale de l’ordre de 11,2 millions d’euros, une somme qui aurait été éludée lors de la vente de l’entreprise. Après cinq mois de détention préventive et un procès riche en rebondissements, comprenant l’implication du système judiciaire suédois et un réseau de fraude international, l’affaire a pris une tournure inattendue.

Marque Kingfisher quia. racheté vanden borre et hugo van praag
Kingfisher

Des erreurs de procédure ont été soulevées, conduisant à une réitération du procès. En 2020, le verdict est tombé : ni EY, ni Dirk van Praag n’ont été reconnus coupables. EY a fait valoir que les acteurs impliqués, y compris les conseillers de Dirk, ont été trompés par un réseau criminel suédois, qui a par ailleurs été jugé coupable de pratiques frauduleuses dans son pays d’origine.

La situation a clarifié que ni EY ni Dirk van Praag n’avaient participé à l’élaboration des structures frauduleuses et qu’ils étaient eux-mêmes victimes de ce stratagème. Cette conclusion a souligné l’aspect international complexe de ce réseau de fraude et la facilité avec laquelle il a pu induire en erreur divers professionnels du secteur financier.

Entreprise Hugo van Praag :

  • Fondation : Démarrage en 1949
  • Secteur : Électroménager
  • Expansion : Concentration sur les magasins de grandes surfaces dès 1975

Affaire judiciaire :

  • Accusation : Fraude fiscale suspectée en 2004
  • Procédure : Révision due à des erreurs de procédure
  • Verdict 2020 : Aucun acte répréhensible par EY ou Dirk van Praag

La réputation et l’intégrité d’une entreprise familiale ainsi que de son unique héritier en ont été affectées, mais la conclusion du procès a permis de réhabiliter leur nom dans un cadre d’affaires injustement compliqué par le crime organisé.

A lire également