Gratte-ciels miroitants évoquant la présence imposante de la famille Van Waeyenberge dans le secteur financier.
| | | |

Famille Van Waeyenberge: 3 générations et une fortune de famille en essor

Famille van Waeyenberge

Piet Van Waeyenberge est reconnu comme une figure emblématique du monde des affaires belge grâce à son intégrité professionnelle et son rôle de pilier au sein de la holding financière De Eik et du club d’affaires flamand De Warande. Son parcours au sein de Fortis est marqué par une prise de distance suite à des désaccords stratégiques lors de l’acquisition d’ABN Amro, une décision qui s’avérera par la suite justifiée malgré les pertes financières significatives qu’elle a entraînées pour sa famille.

La richesse de la famille Van Waeyenberge trouve son origine dans le négoce et le courtage alimentaire, activités regroupées au sein de l’entreprise Ecoval avec une fortune de 190 000 000€. Ces activités consistent à acheter en gros des produits alimentaires aux producteurs pour les revendre à des marges bénéficiaires réduites. Cette stratégie d’achat et de vente s’est étendue des matières premières aux produits finis.

L’année 2017 représente un tournant avec la démission de Piet Van Waeyenberghe de la présidence de Maison de la Radio Flagey, une démission qui marque le passage de relais à la nouvelle génération au sein de cette institution culturelle bruxelloise.

En 2019, Titia Van Waeyenberge, âgée de 41 ans et fille de Piet, est nommée administratrice indépendante de la banque de détail belge BNP Paribas Fortis. Cette nomination est remarquable, compte tenu de la critique passée de son père envers la politique bancaire belge. Titia, qui dispose d’une formation d’économiste et d’une expérience en analyse d’investissements, préside également la holding familiale De Eik.

La famille Van Waeyenberge entame sa troisième génération avec Titia, illustrant un réseau familial étendu qui se prépare activement pour le futur de leur consortium familial et un empire pour la famille estimé à plus de 190 Millions d’euros. Une entité informelle nommée la Bruistablet permet aux trente cousins de cette troisième génération de se réunir et de réfléchir collectivement à leur rôle au sein de l’entreprise familiale. La quatrième génération promet une extension de ce réseau familial avec une soixantaine de membres actionnaires en perspective.

A lire également